James Wan (2018 San Diego Comic Con International) © Gage Skidmore

L’univers Van Helsing de retour avec James Wan et Julius Avery

Universal Pictures relance un projet dans l’univers de Van Helsing, avec l’aide du producteur James Wan, du réalisateur Julius Avery et du scénariste Eric Pearson.

Encore impressionné par le box-office de The Invisible Man (Leigh Whannell, 2019), Universal Pictures poursuit son élan sur la renaissance de son Monsters Universe. Une collection qui inclut entre autres Dracula, le monstre de Frankenstein, la momie ou l’homme invisible, et qui doit sa notoriété à l’assemblée de productions Universal (1920-1950) qui ont mis en avant toutes ces créatures du fantastique et de l’imaginaire, avec des acteurs tels que Boris Karloff et Bela Lugosi en tête d’affiche. Lorsqu’en 2017, le studio tente de remettre au goût du jour ce qu’il intitule son « Dark Universe », avec une interconnexion façon Marvel Cinematic Universe, il annonce les gros budgets et les grands noms de l’industrie. Cependant, le film inaugural avec Tom Cruise, The Mummy (Alex Kurtzman, 2017) résonne comme une déception aux yeux de Universal : environ 409 millions de dollars dans le monde, ce qui génère « seulement » une quarantaine de millions de bénéfices au vu d’un budget de production avoisinant les 125 millions.

Le modus operandi de Blumhouse Productions, avec qui la Universal a produit le récent The Invisible Man, se révèle être l’ingrédient miracle. Réduire les budgets au strict minimum, afin de minimiser les pertes en cas d’échec et de maximiser les profits en cas de succès. L’idée paraît basique au possible mais elle s’avère d’une efficacité incontestable. En prenant l’exemple d’un « échec » pour Blumhouse, The Grudge (Nicolas Pesce, 2020) a écopé d’un ratio de satisfaction de 20-23% entre critiques et public selon les avis vérifiés de Rotten Tomatoes, mais un budget de 10 millions (dans le haut du panier pour une production Blumhouse) a été contrebalancé par près de 50 millions de dollars au box-office mondial, ce qui revient à une vingtaine de millions en bénéfices pour le studio.

Van Helsing (Stephen Sommers, 2004)
Van Helsing (Stephen Sommers, 2004) avec Hugh Jackman et Kate Beckinsale

Aujourd’hui, les sources de Deadline et The Hollywood Reporter sont en mesure de leur confirmer que Universal Pictures poursuit sur sa lancée, mais du côté de Van Helsing. Le chasseur de monstres est apparu pour la première fois dans le roman Dracula (Bram Stoker, 1897) et le studio a ensuite tenté de lui apporter sa propre franchise avec Hugh Jackman dans le rôle-titre en 2004. Le film de Stephen Sommers, à qui l’on doit le populaire film de monstres & d’aventures The Mummy / La Momie (1999), n’a pas trouvé écho au sein des spectateurs. Selon les multiples sources, Universal Pictures reste toutefois ferme sur le potentiel de son catalogue de monstres et le récent succès de The Invisible Man ne peut que leur donner raison.

Peu de détails ont filtré concernant ce nouveau film. S’il se déroule dans l’univers de Van Helsing, l’usage du personnage reste une composante encore indéterminée. Nous apprenons toutefois que le cinéaste James Wan, expert en cinéma d’horreur, est attaché au projet en tant que producteur avec sa société Atomic Monster, et que le scénario actuel a été rédigé par Eric Pearson, à qui l’on doit Black Widow (Cate Shortland, 2021) et Thor : Ragnarok (Taika Waititi, 2017). À la réalisation se trouve Julius Avery, qui devrait également procéder à une réécriture du scénario. Le cinéaste a commencé sa carrière en 2002 avec une série de courts-métrages qu’il a écrits et réalisés jusqu’en 2008, avant de se mettre au long-métrage avec Son of a Gun (2014) et Overlord (2018).

Il est intéressant de noter que selon les renseignements de la presse hollywoodienne, Universal Studios se dit prêt à écouter toute proposition concernant leur relance du catalogue de monstres, y compris à une classification R (l’équivalent du -16 en France). Un choix que le studio avait tenté d’éviter pendant de nombreuses années, avant de se laisser surprendre par The Invisible Man de Leigh Whannell. En l’occurrence, le dernier film de Julius Avery, Overlord, n’est autre qu’une production estampillée R. L’un ne garantit pas l’autre, mais plus que jamais pour Universal Pictures vis-à-vis de son univers de monstres, une telle classification est de l’ordre de l’envisageable.

Sources : DeadlineThe Hollywood ReporterIMDb (Julius Avery)Box-Office Mojo (The Grudge)
Images Copyrights : Gage Skidmore (James Wan) – Universal Pictures (Van Helsing)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :