Disney+ Logo

Disney se focalise sur le streaming

The Walt Disney Company procède à une réorganisation dans les hautes strates de sa hiérarchie, au vu des pertes colossales engendrées par le COVID-19. Priorité est donnée à la production du streaming.

Sur décision du PDG Bob Chapek, un nouveau responsable a été nommé à la tête du département Media & Entertainement Distribution au sein de The Walt Disney Company. Son nom est Kareem Daniel, présent au sein du groupe depuis près d’une quinzaine d’années. Jadis à la tête des produits de consommation, des jeux et de l’édition, Kareem Daniel est dorénavant placé à la tête d’un service responsable des pertes & profits des affaires média & divertissement du groupe. Cette division supervise également les opérations, la distribution, les ventes, les données publicitaires et la technologie affiliée pour toutes les branches de Disney. Sans oublier la responsabilité des services de streaming affiliés à The Walt Disney Company.

Ce nouveau groupe Media and Entertainment Distribution sera alimenté en contenu provenant de ses trois branches : cinéma, divertissement télévisé et sports. Certes, la production sera répartie sur les différentes destinations traditionnelles, depuis les salles obscures jusqu’aux plateformes de streaming, mais priorité sera donnée aux services direct-au-consommateur. Cela concerne précisément Hulu, Disney+ et ESPN+. Premièrement, Alan Horn et Alan Bergman sont toujours en charge de Walt Disney Studios, Disney Animation, Pixar Animation et Marvel Studios (pour ne citer que les entités les plus importantes). Deuxièmement, Peter Rice est maintenu au poste de directeur du General Entertainment Content pour 20th Television et ABC Signature, entre autres. Troisièmement, la responsabilité de la programmation du contenu live et original en sports revient toujours à James Pitaro.

Bob Chapek, PDG, The Walt Disney Company
Bob Chapek, PDG, The Walt Disney Company

« Étant donné l’incroyable succès de Disney+ et de nos plans pour accélérer notre business direct-au-consommateur, nous positionnons stratégiquemennt notre Groupe afin de soutenir cette croissance de manière plus efficace et d’accroître notre valeur actionnariale » déclare le PDG Bob Chapek. « Gérer la création du contenu depuis la distribution nous permettra d’être plus souples et efficaces pour créer le contenu que nos clients désirent, et le leur livrer sous le format qu’ils préfèrent. Nos équipes créatives se focaliseront sur ce qu’elles savent faire de mieux – créer du contenu de qualité inégalée et basé sur nos franchises. Pendant ce temps, notre toute nouvelle équipe de distribution globale sera dédiée à l’approvisionnement et la monétisation de ce contenu sous l’angle le plus optimal possible à travers nos différentes plateformes, que l’on parle de Disney+ ou Hulu, mais aussi de ESPN+ et de Star, futur service de streaming international.« 

Un tel geste de la part de Bob Chapek et The Walt Disney Company s’inscrit dans une période où le groupe enchaîne les tuiles depuis l’invasion de la pandémie sur tous les secteurs de l’industrie. Les salles de cinéma sont fermées et les parcs d’attractions Disney sont clos, brièvement rouverts et refermés, en fonction des chutes, améliorations et rechutes sur les courbes d’infection du COVID-19. Le second quart de l’année fiscale a vu le groupe Disney perdre la somme colossale de 4,7 milliards de dollars – des conséquences qui se font ressentir du côté des licenciements économiques, 28 000 départs étant annoncés par le groupe durant le mois de Septembre 2020 au sein de sa division des parcs, expériences & produits.

La réorientation de The Walt Disney Company sur ses services de streaming sonne également comme une décision aussi logique qu’inévitable, à l’heure où Disney+ dépasse les 60 millions d’abonnés à l’aube de sa première année d’existence. Mais si la mise en ligne de la série The Mandalorian et de la version filmée du spectacle de Broadway Hamilton peuvent être brandis comme des étendards en première ligne, il n’en reste pas moins que la plateforme est en manque de contenu inédit et régulier. Alors que Netflix investit des milliards de dollars (en dettes) pour enchaîner nouveauté sur nouveauté, Disney+ doit bien souvent se contenter d’anciennes publications cinématographiques dont les fenêtres de sortie sont simplement arrivées à expiration. La saison 2 de The Mandalorian arrive enfin sur nos écrans, mais les productions des nombreuses séries de Marvel Studios (The Falcon and the Winter Soldier, Wandavision, etc) ont toutes été retardées, à tel point que la seconde pourrait bien être diffusée avant la première, contrairement à ce qui avait été prévu. Si le concept même de Disney+ est de pouvoir sécuriser une base d’abonnés constitués de cercles familiaux, le groupe ne peut se permettre de négliger tout un autre pan du public, avide de nouveautés.

Sources : The Hollywood ReporterVarietyDeadline
Images Copyrights : The Walt Disney Company

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :