Blumhouse Productions, Logo

Un nouveau projet sur Dracula avec Blumhouse Productions

Universal Pictures, tristement connu pour avoir échoué dans son Dark Universe dès l’étape 1 (The Mummy), cherche actuellement à rebâtir le projet sur des bases plus saines. Il pourrait avoir trouvé un partenaire de choix en la personne de Jason Blum et son studio Blumhouse Productions.

Un rapport exclusif de The Hollywood Reporter nous apprend qu’un nouveau projet sur le célèbre Comte Dracula est sur le point de faire son retour, via les efforts de Blumhouse Productions. Le studio jouit actuellement d’une auréole avec son film The Invisible Man et son succès phénoménal en salles, en ce moment même. Un projet qui marque l’intention de Universal de reprendre son idée du « Monster’s Universe » sur des fondations budgétaires plus modestes et raisonnables.

Selon les sources, le projet sur Dracula serait réalisé par Karyn Kusama, que l’on connaît sur grand écran pour Aeon Flux (2005), Jennifer’s Body (2009), The Invitation (2015) ou Destroyer (2018). Quatre projets qui versent soit dans l’horreur, soit dans l’action. Matt Manfredi et Phil Hay sont prévus pour rédiger le scénario. Les deux sont des collègues de longue date de la réalisatrice Karyn Kusama, les trois ayant travaillé ensemble sur Destroyer et The Invitation. Blumhouse est en cours de préparations pour officier au niveau de la production.

La réalisatrice Karyn Kusama, face à Nicole Kidman, sur le tournage de Destroyer
Karyn Kusama et Nicole Kidman, tournage de Destroyer (2018)

Détail intéressant: Universal n’est pas encore officiellement inclus, le personnage de Dracula faisant partie du domaine public. Mais l’équipe de The Hollywood Reporter rappelle que Blumhouse Productions a un contrat « first look » avec Universal, et qu’il semble hautement invraisemblable que Universal puisse « abandonner » un de ses personnages iconiques, sans oublier que les récents partenariats entre les deux partis ont porté leurs fruits d’un point de vue monétaire, voire artistique.

Pour rappel, un contrat first look à Hollywood veut dire que l’un des deux partis (acteur, réalisateur, studio, etc) a droit de premier regard – mais aussi de décision – au niveau de tout projet proposé par l’autre parti, et ce avant que le projet puisse être proposé à qui que ce soit d’autre.

Autre détail d’importance: à l’instar de The Invisible Man qui a offert une relecture modernisée du roman de H.G. Wells, ce nouveau projet sur Dracula devrait lui aussi être situé dans un contexte contemporain, à en croire les sources de The Hollywood Reporter. Ce futur film vient se rajouter à un autre projet de film d’horreur mis en place entre la Universal, la société Atomic Monster de James Wan, et Robbie Thompson (la série Supernatural).

Sofia Boutella - The Mummy (Alex Kurtzman, 2017, Universal Pictures)
Sofia Boutella – The Mummy (Alex Kurtzman, 2017, Universal Pictures)

Suite à l’échec relatif du film The Mummy (Alex Kurtzman, 2017) avec Tom Cruise, Sofia Boutella et Russell Crowe, la Universal a annulé ses plans ambitieux de créer un grand univers cinématographique partagé façon Marvel. Dorénavant, l’attention du grand studio est focalisée sur des projets mettant en valeur les histoires individuelles et la qualité de la narration, plutôt que des interconnexions, des références et des mises en place anticipées. Actuellement, des projets sont étudiés avec les réalisateurs Paul Feig, Elizabeth Banks et même John Krasinski. Parfois sur le même personnage. Selon une source, c’est une méthode de sélection de projet où « la meilleure idée l’emporte ». Maintenant, les dirigeants de Universal laissent les réalisateurs & auteurs proposer d’eux-mêmes des histoires individuelles.

Les projets en cours de préparation chez Universal ne semblent pas avoir de restreinte budgétaire spécifique, mais l’idée reste de s’en tenir à des chiffres modérés dans l’idéal – cette démarche prouvant sa redoutable efficacité avec The Invisible Man à l’heure actuelle (80 millions de dollars de bénéfices, le film ayant déjà généré 102 millions en seulement 11 jours, pour un minuscule budget de 7 millions).

Les enjeux, tout comme les risques, pourraient également être considérablement réduits dans le cadre d’une production Blumhouse. La dernière tentative de porter le personnage de Dracula sur grand écran s’est faite en 2014 via Dracula Untold, avec Luke Evans dans le rôle-titre et Gary Shore derrière la caméra. Une tentative qui a péniblement (et d’extrême justesse) atteint le seuil de rentabilité pour la Universal, avec 217 millions de dollars au box-office mondial, sur un budget de production de 70 millions. Le modus operandi inattaquable de Blumhouse Productions, où même les échecs artistiques les plus graves peuvent générer des millions de dollars de profit, pourrait bien être la réponse.

Sources: The Hollywood ReporterBox-Office MojoIMDb
Images Copyrights: Blumhouse Productions (Logo) – Concorde Filmverleih GmbH (Destroyer) – Universal Pictures International France (The Mummy)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :