Elisabeth Moss - The Invisible Man (Leigh Whannell, 2020, Blumhouse Productions)

Box-Office Ciné : 2 Mars 2020

Les prévisions au box-office estimaient 26 millions pour son premier week-end d’exploitation américaine. The Invisible Man a fini par empocher 29 millions, devançant ainsi le champion des deux semaines précédentes, Sonic The Hedgehog.

Distribué par Universal et produit par l’éternel Blumhouse Productions, The Invisible Man a bénéficié d’un trailer solidement bien reçu, malgré quelques critiques sur le fait qu’il en dévoilait bien trop. La mise en scène de la vidéo suggérait un retour très concret vers la nature horrifique et angoissante d’un stalker narcissique psychopathe invisible, lancé à la poursuite d’une femme ignorée par ses proches. Critiques et public ont salué le film de Leigh Whannell. À l’heure où nous écrivons ces lignes, 90% et 88% sont les pourcentages respectifs de satisfaction, tandis que les équipes de Cinemascore ont dressé la note de B+ en se basant sur les retours directs des spectateurs à la sortie des salles.

Blumhouse Productions est réputé pour faire des films d’horreur à partir de budgets aussi modestes que possible – le genre étant cela dit très familier des coûts modérés. En l’occurrence, The Invisible Man a été estimé à 7 millions de dollars. C’est infime, mais cela représente néanmoins une hausse par rapport à d’autres productions du studio telles que Happy Death Day / Happy Birthdead (2017 – 4,8 millions), Get Out (2017 – 4,5 millions) ou même American Nightmare (2013 – 3 millions). Avec 29 millions de dollars générés en salles américaines (59%) et un peu plus de 20 millions à l’international (41%), le total engrangé par le film de Leigh Whannell frise les 50 millions de dollars à l’échelle mondiale. Pour son week-end d’ouverture. Et il n’avait besoin d’atteindre que 21 millions pour générer du profit.

Le modus operandi de Blumhouse Productions reste d’une efficacité indiscutable. Même des films comme The Grudge (Nicolas Pesce, 2020) ayant écopé de retours désastreux (20%-24% sur Rotten Tomatoes) et d’un budget significativement plus élevé (10 millions) se sont tout de même prouvés rentables au bout du compte. The Grudge ayant généré 48 millions de dollars dans le monde, nous pouvons tabler sur un profit net dépassant 18 millions sur ce seul film, pour le compte de Blumhouse. Un modèle de production dont même les projets les plus accidentés sont capables de générer du profit – parfois assez substantiel – c’est le rêve de tout studio cinématographique.

Sonic The Hedgehog s'approche du seuil de rentabilité

À la seconde place du top 5 se trouve Sonic The Hedgehog, produit par Paramount Pictures. Ayant rapporté 16 millions de dollars additionnels dans les salles américaines sur son troisième week-end d’exploitation, le film de Jeff Fowler a dorénavant dépassé 128 millions de dollars (48%) sur le territoire américain et 137 millions (52%) dans les autres pays du monde. En compilant les résultats internationaux, la carrière mondiale du Hérisson Bleu se porte actuellement à hauteur de 265 millions de dollars. Et le film n’a atteint que 75% du marché international (avec hélas la crise COVID-19 qui paralyse plusieurs marchés, notamment la Chine). C’est une excellente nouvelle pour le studio, mais le film aura encore besoin d’un coup de pouce supplémentaire.

En utilisant la règle du mulitplicateur x3 pour la rentabilité d’un projet, nous atteindrions un seuil de 255 millions de dollars à viser afin de tourner Sonic en film rentable. Projet d’ores et déjà porteur de profit, vu les 265 millions engrangés à ce jour ? Probablement pas encore. Une extension non-négligeable de la post-production, suite aux nombreuses critiques adressées à l’égard du design du Hérisson Bleu, a de facto augmenté les coûts, et donc le seuil de rentabilité. Dans quelles proportions, nous ne le savons pas. Mais nous pouvons viser les 300 millions de dollars pour être certains de dépasser sereinement le palier critique. Sonic The Hedgehog étant un film très axé vers le public enfant et les fans du personnage de la licence de SEGA, il n’a absolument rien à craindre du succès de films tels que The Invisible Man, les deux oeuvres s’adressant à des publics totalement différents. Le film n’en étant qu’à son troisième week-end d’exploitation, nous pouvons rester confiants sur sa fin de carrière.

Nous attaquons maintenant la troisième place du top 5 au box-office. The Call of the Wild – et son chien qui n’existe pas – ont rapporté 13,2 millions de dollars sur le deuxième week-end d’exploitation en salles américaines. Cela porte les chiffres des États-Unis à 45,8 millions (56%) et ceux de l’international à 33,4 millions (46%). Avec 79 millions de dollars à l’heure actuelle, le film de Chris Sanders confirme le parcours du combattant qu’il va vivre sur tout le long de sa carrière. Avec un coût de production avoisinant les 135 millions de dollars (il faut bien créer numériquement un chien de toutes pièces plutôt que d’en recruter un vrai), il s’agirait pour The Walt Disney Company (ayant hérité de la distribution du film après le rachat des propriétés du groupe Fox) de rassembler près de 400 millions de dollars pour éviter toute perte d’argent. Tout néophyte en chiffres du box-office pourrait prédire qu’avec seulement 79 millions de dollars rassemblés au bout du deuxième week-end, l’avenir n’est guère brillant pour l’une des dernières productions signées feu 20th Century Fox.

Les premiers retours sur My Hero Academia - Heroes Rising sont particulièrement élogieux

En quatrième position du box-office figure le film d’animation My Hero Academia: Heroes Rising, qui se déroule après les évènements de la saison 4 de la série animée. Produit par le studio Bones et distribué par FUNimation Entertainment aux États-Unis (Toho Production au Japon), le projet est exécuté pour un budget non-spécifié. Mais son cas ici sera particulier. Après être exceptionnellement sorti le Mercredi 26 Février 2020, le film de Kenji Nagasaki est donc fort d’un score approchant de 8,5 millions de dollars sur le week-end d’ouverture américain (36%), et de plus de 15 millions de dollars à l’international (64%). Le total mondial s’élève à près de 23,6 millions et pour ne rien gâcher, les quelques retours sur le film s’avèrent paticulièrement élogieux. À ce jour, malgré un faible décompte de 23 avis critiques et 2 717 spectateurs, les scores de satisfaction respectifs s’élèvent à 91 et 98%.

Enfin, sur la dernière place du top 5 se trouve un film qui pourrait bien dépasser les 200 millions domestiques. Bad Boys for Life de Sony Pictures se trouve en effet à 197,4 millions de dollars générés dans les salles américaines, après avoir rassemblé 4,3 millions sur son 7ème week-end d’exploitation. En incluant 4,9 millions de dollars additionnels à l’international, la co-réalisation de Adil El Arbi & Bilall Fallah culmine dorénavant à 208 millions de dollars en dehors des États-Unis, pour un total de plus de 405 millions dans le monde. Pour un seuil de rentabilité estimé à 270 millions, le succès est total pour le retour de Will Smith et Martin Lawrence. Un triomphe tel que la commande rapide d’une suite de la part de Sony Pictures ne saurait avoir davantage de sens.

Sources: Box-Office MojoCinemascoreRotten TomatoesIMDb
Images Copyrights: Universal PicturesParamount Pictures – Sega of America, Inc. – Bones – FUNimation Entertainment

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :