Beijing, COVID-19

COVID-19 : l’industrie du cinéma chinois espère un geste de la part du gouvernement

Fermées depuis une vingtaine de jours, la majorité des 70 000 salles du pays ne sont pas prêtes de réouvrir, avec la crise du COVID-19 qui ne fait qu’empirer. L’industrie cinématographique du pays en est à un stade critique.

Le compteur ne cesse de grimper chaque jour, chaque heure, et il est difficile de tenir des relevés précis. Mais à compter du Mercredi 12 Février, la Chine était affectée par 1 113 morts et 44 653 infectés. Les représentants du gouvernement ont remarqué un ralentissement de l’expansion du virus, mais de toute manière, une vaste partie du pays expérimente un mode de vie en quarantaine, beaucoup de citoyens étant cloîtrés à leur domicile. Quand bien même le virus parvenait à être maîtrisé dans les semaines à venir, il se pourrait que les vieilles habitudes de chacun mettent des mois avant de revenir – notamment la fréquentation des salles de cinéma.

Les chiffres sont particulièrement effrayants concernant le box-office national. À titre de comparaison, les revenus générés par l’industrie cinématographique sur les 20 derniers jours ont atteint 3,9 millions de dollars. Le score de l’année dernière, sur la même période ? Un milliard et 520 millions. L’écart se passe de commentaires.

Le 5 Février, certains départements du gouvernement chinois ont pris l’initiative d’envoyer (discrètement, semble-t-il) des questionnaires aux plus haut-gradés des professionnels de l’industrie du cinéma, afin de voir avec eux l’état de la situation et en quelle manière le gouvernement pourrait être susceptible de les aider. The Hollywood Reporter a appris que cette initiative provenaient du Commerce Department, du Film Bureau et de la National Art House Alliance. Une main tendue qui sous-entendait toutefois à quel point l’épidémie COVID-19 devenait désastreuse pour les secteurs du divertissement national.

Contactés par The Hollywood Reporter, les directeurs et dirigeants de l’industrie du cinéma n’étaient eux-mêmes pas certains de ce qu’il faudrait pour les sauver de cette crise. Il pourrait s’agir d’une réduction ou d’une disparition des taxes, de prêts à taux fortement réduits, voire même d’injections directes d’argent. À ce sujet, Jimmy Wu, le PDG de Lumiere Pavilions, annonce sans détour que « le gouvernement aura besoin d’effectuer un geste considérable pour sauver plusieurs compagnies de cinéma« .

À ses yeux, une première étape significative serait le retrait de toutes les taxes associées aux ventes de tickets (la taxe standard « business » à hauteur de 3,3%, et la taxe « financement cinématographique » à hauteur de 5%). Mais même cette première intervention pourrait ne pas être suffisante et nécessiterait sans doute un accord additionnel de fonds d’urgence. Jimmy Wu évoque alors la possibilité pour le Film Bureau de rendre l’argent collecté via les taxes de financement cinématographique au cours des derniers mois.

PHOTO-Beijing-during-COV19-B

L’épidémie COVID-19 ayant fait fermer la majorité des 70 000 salles de cinéma, la grande majorité des blockbusters et films populaires qui s’apprêtaient à sortir en salles n’ont pas pu générer la rentrée d’argent significative qu’ils auraient dû avoir. Nous ne savons pas dans quelles mesures ces sorties seront reprogrammés, et cela aura bien évidemment un effet domino chaotique sur toute l’industrie locale. Les films décalés devront choisir une nouvelle date, et à cette nouvelle date, les films qui étaient censés sortir devront probablement être redécalés aussi pour ne pas finir écrasés par la compétition, décalage qui entraînera d’autres décalages et ainsi de suite. C’est un maelström qui ne concerne pas uniquement la production chinoise mais aussi celle de l’étranger. Les sorties hollywoodiennes telles que Dolittle, Jojo Rabbit, 1917 (et surtout le futur Mulan) devront attendre la réouverture des salles chinoises et se heurteront à un ouragan de sorties décalées et réorganisées en plein chaos.

La situation ne fait que s’aggraver de jour en jour et nous n’avons pas de nouvelles significatives au sujet d’un éventuel vaccin – selon NBC News, les chercheurs de l’Institut National de la Santé des États-Unis et la société Regeneron sont au travail depuis l’apparition du virus. Selon les paroles funestes d’un président d’une importante société de distribution de Chine, « plusieurs sociétés avouent qu’il s’agit là de la période financière la plus ardue qu’ils aient jamais connue depuis leur création. Si le gouvernement ne les autorise pas à trouver des moyens pour se sauver de cette situation, alors ce sera à lui de leur venir en aide. Autrement, un grand nombre de sociétés feront faillite« .

Sources : The Hollywood Reporter
Images Copyrights : Wikipedia

(1 commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :