Silent Hill (Christophe Gans, 2006, Davis Films)

Des projets pour Christophe Gans sur « Silent Hill » et « Project Zero »

Le réalisateur Christophe Gans a mentionné deux projets sur lesquels il travaille avec Victor Hadida, et ces noms trouveront écho chez les joueurs de jeux vidéo. Il s’agit ni plus ni moins que de Silent Hill et Project Zero, deux licences bien connues dans la fibre horrifique.

C’est à l’occasion de la 27ème édition du Festival Fantastique de Gérardmer que les journalistes d’Allociné ont pu avoir un entretien avec le metteur en scène. Président de la 22ème édition, le voici membre du jury, cinq ans plus tard. Christophe Gans est un nom des plus particuliers dans le paysage cinématographique français. Sa filmographie est certes courte mais elle est remplie de projets qui jurent au milieu des autres productions que l’on retrouve habituellement dans le circuit de l’Hexagone. Quatre films au total. Crying Freeman en 1995, Le Pacte des Loups en 2001, Silent Hill en 2006 et La Belle et la Bête en 2014. Son dernier projet avancé en date, Corto Maltese, a été récemment annulé suite au décès de Samuel Hadida, son producteur et partenaire de très longue date, durant les dernières étapes du financement. Aux dires de Christophe Gans, les héritiers des droits n’ont pas souhaité renouveller les droits d’adaptation.

Sans nous livrer de détails pour le moment, le réalisateur a confirmé travailler sur deux projets avec Victor Hadida, frère de feu Samuel Hadida.

Une adaptation de Project Zero en chantier avec Christophe Gans

D’une part, une adaptation de la licence Project Zero, plus sobrement intitulée Zero au Japon, et Fatal Frame aux États-Unis. Saga de survival-horror entamée avec le premier opus sorti en Décembre 2001 au Japon, Project Zero a connu cinq épisodes majeurs, le dernier étant sorti en 2015. Le principe part d’un appareil photo particulièrement unique, la Camera Obscura, capable de percevoir à travers son objectif le monde occulte et les esprits surnaturels. À travers les différents jeux (certains étant plus interconnectés qu’on ne le croit au premier abord), les malheureux protagonistes se retrouvent confrontés à des malédictions ayant frappé des villages ou des manoirs / complexes entiers et doivent avoir recours à la Camera Obscura pour survivre face aux hordes d’esprits vengeurs. Les malédictions surnaturelles de la culture japonaise impliquant constamment des histoires d’intense souffrance, de chagrin et de rancoeur sur des êtres maudits incapables de trouver la paix, les jeux se terminent systématiquement par des fins amères, si ce n’est tragiques.

Pour le moment, Christophe Gans confirme vouloir placer l’histoire au Japon et refuse de procéder à un déracinement culturel. À noter qu’une adaptation de la licence Project Zero a déjà vu le jour au Japon en 2014, sous le nom Gejikô-ban: Zero, réalisé par Mari Asato.

Christophe Gans n'en sera pas à son premier coup d'essai avec la franchise Silent Hill

D’autre part, une nouvelle adaptation de la licence Silent Hill. Ce nom évoque peut-être des souvenirs chez davantage de joueurs de survival-horror. Entamée en 1999 avec la sortie du premier épisode sur Playstation, Silent Hill a été décliné en 7 jeux pour consoles de salon, ainsi que deux titres complémentaires pour Playstation Vita et smartphone. Konami ayant toujours les droits, une nouvelle itération – Silent Hills, au pluriel – a failli voir le jour avec la collaboration de Hideo Kojima et Guillermo Del Toro en 2014. Au grand dam des fans, ce projet a été annulé, en dépit du succès massif de la démo intitulée P.T. (Playable Teaser). Un succès tel qu’il a inspiré moult autres projets ultérieurs du survival-horror, depuis les versions indies rêvant d’être « le prochain P.T. » (tels que Allison Road ou Visage) jusqu’aux ténors du genre, dont un certain Resident Evil 7 (Capcom, 2017).

C’est aussi et surtout en 2006 que Christophe Gans a pu écrire et réaliser le film Silent Hill, avec la bénédiction de Konami et la production de Davis Films. Adaptation du premier jeu de la saga, le film a généré plus de 100 millions au box-office mondial pour un budget deux fois moindre. Un bien maigre succès financier selon la règle x2,5 de la rentabilité (si ce n’est une perte pure et simple pour la production), mais l’adaptation Silent Hill reste considéré par beaucoup comme la meilleure adaptation de jeux vidéo à ce jour. Ce n’est pas vraiment le cas de sa suite, Silent Hill : Revelation, réalisée par Michael J. Bassett, avec un chiffre de 55 millions de dollars dans le monde, et des scores de 10% / 35% de sastifaction critiques / public sur Rotten Tomatoes.

Pour son nouveau projet d’adaptation, Christophe Gans confirme vouloir rester dans cette ambiance de petite ville américaine ravagée par le puritanisme que l’on pouvait voir durant le premier film de 2006. La note d’intention pourrait paraître évidente aux yeux de certains, mais il convient de rappeler que tous les jeux Silent Hill ne se sont pas nécessairement déroulés dans la ville de Silent Hill.

Sources : AllocinéBox Office MojoRotten Tomatoes – IMDb
Images Copyrights : Metropolitan Filmexport – Nintendo

(1 commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :